Historique Du Karaté Le Karaté puise ses sources géographiques aux confins de l'Inde et de la Chine. Il fait partie des Arts Martiaux que l'on nomme WU - SHU ( Art de la Guerre ) en Chine et BUDO ( Voie du Combat ) au Japon. En 495, l'Empereur de Chine fonde le Temple SHAOLIN ( Monastére de la jeune forêt ).Les moines désirants compenser les longues heures de Méditation par des séances d'exercices physiques, mais aussi pour se défendre contre les bandits infestants leur Région. Consacre du temps à apprendre l'art du combats auprés d'un Maître Hindou nommé " BODDHIDARMA". Ce Maître incorpora des techniques de Corps à corps, inspirées de Luttes Animales, dans de longues séances de Méditation ZEN pour préparer et renforcer le Corps.La techniques de cette " Boxe ", de Shaolin était basée sur les attitudes de cinq animaux : Le Dragon,                                                                                                                              Le Tigre,                                                                                                                              Le Léopard,                                                                                                                              La Grue,                                                                                                                              Le Serpent. Grace aux moines, cette Discipline que l'on appelait Boxe de Shaolin, puis Wu - Shu, et enfin Kung - Fu ( en Chine ), ou Kempo ( au Japon ), va se propager dans toute l'Asie, en même temps que se développera le Bouddhisme. L' Histoire. Le Karaté à proprement dit commence dans l'Archipel des Ryu Kyu et plus précisément à Okinawa, En 1372, le Roi d'Okinawa, Satto, fait allégance à l'Empereur de Chine. Dés lors, s'établissent de durables et importantes relations commerciales et culturelles qui permettront à l'Art deuCombat Chinois ( le Kung Fu ), de s'introduire dans l' Ile. L'interdiction de porter des armes sur l'ile explique le développement des techniques de combat à mains nues. Débarrassé de l'aspect méditatif initial, cet Art devient pour les habitants un Art guerrier extrêmement violent et efficace, axé sur le durcissement des armes naturelles du corps. Nommé Todé ( la main du Continent ) par référence à la Chine, ou Okinawa Te ( la main d'Okinawa ), cet Art utilise essentiellement les techniques de mains ouvertes dans la plupart du temps. Trois tendances principales, mères des styles de notre Karaté actuel coexistent dés lors, portant le nom de 3 villes :                                                                                                                                                               Naha,     Naha té.                                                                                                                                                               Shuri,     Shuri té.                                                                                                                                                               Tomari, Tomari té. Le Naha Te ( ou Shorei Ryu ) : Insiste d'avantage sur la puissance, les déplacements courts, les coups de pieds bas, accompagné de stabilité, une respiration ventrale et la concentration. On reconnait l'influence de cette Ecole dans les Kata Seishan, ou Hangetsu. Le Shuri Te ( ou Shorin Ryu, qui peu se traduire par l'Ecole de Shaolin ) : Est plutôt basé sur les esquives, la rapidité d'exécution, une respiration naturelle, des déplacements légers et souples. On reconnait l'influence de cette Ecole dans des Kata comme Kushanku et les futurs Pinan. Le Tomari Te : Seul les Puristes distingeront les détails, car trés proche de la précédente ( le Shuri Té ).Elle nous a pourtant laissé le Kata Basaï ( signifiant traverser la Forteresse, ou brisser ). En 1868, le Japon s'ouvre à l' occident, pour se lancer dans un effort d'industrialisation. L'organisation Shogunale se meurt, et annonce également la fin du Karaté féodal, enseigné dans le plus grand secret. En 1875, l'occupation de l'ile par le Clan Samuraï des Satsuma prend fin. Okinawa devient une grande Préfecture Japonaise calme. Au début du XX ème siécle : Le destin de l'Okinawa Te est pris en charge par un Expert du Shuri Te, Anko Itosu, qui l'introduit dans les Ecoles et crée à cette date les Kata Pinan. Jugeant des Katas comme Naihanshi ( pouvant se prononcer Naifanshi ), et Kushanku, trop complexe, Anko Itosu élabora un programme qui déboucha sur la création des 5 Pinan à partir du Kata Kushanku, et scinda le Kata Naihanshi en trois. Il considéra comme moyen d'apprentissage plus abordable de l'Okinawa Te, notamment pour les enfants.Dans les séances de travail, il fit fermer les poings pour éviter les blessures. Todé ou Okinawa Té, prit le nom de Karaté. Un de ces disciple, Gichin Funakoshi fait en 1916 à Kyoto et en 1922 à Tokyo, des démonstrations publiques qui obtiennent un succés vif. Jigoro Kano, fondateur du Ju Do aurait été enthousiasmé. Son Art étant pour lui un chemin vers la recherche de la perfection Humaine, il y ajoutera le suffixe de " Do ", la voie. Maitrise du corps et de l'esprit sont indissociablement liées, et c'est également l'influence Japonaise qui est a l'origine du Karaté Gi ou Kimono. Funakoshi Gichin nommera son Dojo " Shotokan ", ce nom sera associé par la suite au style. Au début des années 1930, le Karaté de Okinawa se composait essentiellement de Kata, séquences de mouvements contre un ou plusieurs adversaires imaginaires. Hironori Ohtsuka alors éléve de Funakoshi, pensait que l'essence du Budo, n'était pas toujours représente dans l'exercice des Katas. IL rechercha des techniques plus efficaces en situation réelle de combat et expérimenta des styles plus combatifs, comme le Judo, le Kendo et l'Aîkido. Le résultat de ces expériences fut l'émergence d'un nouveau style de Karaté, une fusion de techniques du Karaté de Okinawa et de techniques issues d'Arts Martiaux  Japonais comme le Ju Jutsu et le Kendo. Hironori Otsuka grand Maître de Ju Jutsu ( école Shindo Yoshin Ryu ), quitte l'enseignement de Funakoshi pour créer son propre style, aprés huit ans d'une étroite collaboration. L'école de Karaté Wado, ou Wado Ryu était née. Elle se caractérise par des techniques d'esquives et des mouvements plus fluides, l'objectif étant d'accroitre l'efficacité en combat réel. Pendant plus de 30 années, le Karaté Wado s'est essentiellement développé au Japon, et ce style demeurait peu connu dans le reste du Monde. En 1963 une équipe de trois Experts Wado Ryu quittèrent le Japon pour présenter ce style au Monde. Cette équipe composée de Arakama Senseï, Takashima Senseï et Suzuki Senseï, les nombreuses démonstrations laissèrent de trés fortes impressions et participèrent au rayonnement du style Wado Ryu, maintenant reconnu au travers du Monde. La cohésion du Karaté Wado Ryu demeure jusqu'en 1979, date à laquelle Hironori Otstuka Senseï se sépare administrativement de la " Japan Karaté Fédération ", pour créer le  " Wado Ryu Renmi". Aprés la mort de Hironori Otsuka Senseï, Eiichi Eiriguchi Senseï reconstruera la " J K F Wado Ryu ", branche officielle Japonaise du Wado Ryu. Son fils Jiro Otsuka Senseï pris la direction de la division Wado Ryu Renmi, mais plusieurs problèmes politiques et techniques apparaissent en Amérique, en Europe et Japon. Tatsuo Suzuki Senseï essaiera à plusieurs reprises derétablir la cohésion du style Wado Ryu mais en vain. Il décide de quitter la division de Jiro Otsuka et fonde sa propre organisation Internationale afin de préserverl'authenticité des techniques apprises auprés du fondateur, la "Wado Internationale Karaté Fédération". De la même façon, Masaru Shintani Senseï fonde sa propre organisation, la "Shintani Wado Kai Karaté Fédération", cette division est la plus grande organisation de Karaté en Amérique du Nort, elle fédére également des divisions Nationales comme la " Wado Kai Associated ok Canada". En 1989, Masafumi Shiomitsu Senseï fonde le Wado Ryu Karaté Do Académy", rattachée à l'organisation " Wado Ryu Renmi ", de Hironori Ohtsuka l l Senseï.
Retour Acceuil Retour Acceuil